Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
A la rencontre de l’art martial authentique (Combat, Santé, Survie)

Les points vitaux: Mystification ou réalité?

23 Avril 2014 , Rédigé par Eric Garnier Sinclair Publié dans #Dim Mak art des points vitaux

Sun Lun Tang, le Maitre aux 3 paumes

Sun Lun Tang, le Maitre aux 3 paumes

L'art sublime des points vitaux a ses parts d'ombre et les recherches de l'unité Japonaise (tristement célèbre) 731 durant la seconde guerre mondiale confirment que ces techniques vitales sont mystérieuses et complexes pour les non-initiés. Alors mystification ou réalité? Vaste débat qui mérite plusieurs pages et une grande connaissance en MTC pour pouvoir en débattre en toute quiétude.

Toujours est-il, il existe une multitude de points vitaux qui, une fois touchés, peuvent "déclencher" un processus naturel, engendrant des désordres sérieux voir mortels des années plus tard. Ceux qui ont étudié l'acupuncture, la MTC ou les arts martiaux internes dignes de ce nom savent de quoi je parle. Chaque élève devrait connaitre les bases de la médecine traditionnelle chinoise pour mieux assimiler et surtout comprendre l'externe et l'interne. Par exemple, les coups de poing volontaires au plexus portés en systéma ou en kyokushinkaï font hérisser les poils du nez des cardiologues.

Pourquoi? Les risques sur la durée sont importants car il existe de nombreux points sur le méridien vaisseau conception. Il suffit de voir les spasmes déclenchés par un petit atémi au niveau du plexus. Idem, avec une torsion latérale des 2 mains au niveau des "bourrelets" au dessus des hanches. Appliquées avec une certaine dextérité, ces techniques peuvent détruire les reins par un processus naturel logique.

Pourquoi l'art des points vitaux est-il si difficile?

La voie des arts martiaux a toujours été entourée du secret ou bien dissimulée par les politiques, grâce à la désinformation et à la mystification, (encore et toujours elles !!!). Pour une efficacité maximale, vous devez toucher 2 voir 3 points vitaux en même temps ou "décalés". Mis à part les points naturels cités ci-dessous dans le dossier "Point vitaux pour la self défense", il ne faut pas rêver. Il y a des vérités cachées sur l'entrainement des énergies. Pour un développement martial complet, il faut absolument un entrainement interne et externe, le déplacement dans le temps appelé par les Maîtres Chinois " combat fantôme", maitriser le Fa chin, (très dangereux pour un néophyte, vous pouvez vous détruire le foie en jouant à l'apprenti sorcier), maitriser les sons, "hung" pour emmagasiner l'énergie, le son "hah" pour la décharge de la force, connaitre parfaitement la MTC, connaitre les baumes classiques, la manière et les techniques de frappe ...

Le parcours du combattant !!!

- 1er niveau (T'ien ching) concerne l'attaque des nerfs et des plexus nerveux (paralysie)

- 2ème catégorie, (T'ien-hsueh, qui consiste à frapper les vaisseaux sanguins en vue d'obstruer les veines et les artères (provoquer des caillots de sang).

- Dernière catégorie: (Tien Hsing ch'i) concerne la méthode des méridiens du corps dans le but de provoquer la mort ultérieurement en bloquant la circulation de l'énergie.

L'attaque des nerfs est le plus couramment utilisée (choc électrique). Le système nerveux peut être divisé en 3 parties distinctes: L'autonome (les systèmes sympathique et parasympathique), le système nerveux central et le périphérique. Au SWAT, nous enseignons différents points faciles "d'accès" tels les points dits paresthésie (paralysie et engourdissement) extraits du Chin na Fa et de l'association d'arts martiaux et de médecine Ching lien (36 points fatals).

- La tradition dit qu'il y a 365 points vitaux, 36 mortels, 72 paralysants et blablabla ... c'est beaucoup plus complexe qu'il n'y parait.

- Jadis, les soldats qui portaient une armure étaient très souvent victime d'un "écho" de la paume divine, les ondes "rebondissaient" dans le dos de l'armure et revenaient dans le corps. Les bâtons des moines étaient réputés pour laisser une marbrure sur le ventre et le dos des agresseurs. Les organes étaient détruits (hémorragie interne) grâce aux armures !

Le plus célèbre maitre connu pour sa "paume" fut Kuo Yun Shen, capable de casser une brique choisie dans un tas par un lamda, sans briser les autres.

La paume divine

- Il y a 8 méthodes "secrètes" de l'entrainement de la paume, ... Il existe 16 points vitaux sur le devant du corps et six sur le dos pour le "toucher de la mort", appelé Ssu Ch'u Chueh, divisé en 3 catégories. Pourquoi préconisons nous l'utilisation de la paume ? En sécurité, la bonne gifle a fait ses preuves. En pancrase, à la belle époque, la gifle "fouet", portée aux oreilles, vous assurait un ko à 95% (corps et main relaxés, poignet tendu, inconvénient, les blessures infligées, telle une ou double déchirure du tympan de l'adversaire. La paume en hivers sera plus efficace par grand froid qu'un coup de poing visage qui risque d'engendrer des micro fractures aux mains. Si vous êtes en arrêt maladie à cause d'une "bagarre", vous pouvez être "viré" de votre job. Nos mains sont indispensables pour de multiples actions quotidiennes, et le travail.

Quelle est la différence avec le coup de poing?

Le plus: Pas de perte de temps pour empoigner, saisir (main de singe), enchainer. On peut gifler, frapper, assommer, fracturer ...

Le moins: Risque de se faire saisir les doigts, de les tordre = fracture ou luxation ... D'où une technique spéciale pour donner le coup de paume...

Toujours est-il, la différence de choc est édifiante ... et les dégâts en profondeur peuvent être terribles ! Jean Zin avait déjà fait les calculs dans les années 50. Lorsqu'un adversaire donne un coup de poing, il répartit sa force de frappe sur une surface nettement définie par les 4 phalanges représentant approximativement une surface moyenne de 5 cm x 7 cm = 35 cm2

Admettons qu'il pèse 70 kg et que la force de propulsion du coup soit le double, chaque cm2 aura une puissance de 70 kg x la puissance de propulsion 2 = 140 kg, surface de frappe = 35 cm2 soit 4 kg au cm2 environ.

Avec un Atémi appliqué avec la paume ou le bord cubital de la main. La surface est plus réduite, elle n'a qu'un cm de largeur sur 5 cm de longueur, ce qui diminue la surface de 6/7, augmentant sa force de choc d'autant. Voyons avec les mêmes données : 70 kg x puissance de frappe 2 = 140 kg, surface de frappe 5 cm2 = 28 kg au cm2

Conclusion: Rappeler vous que les os du pied par exemple composent 25% du squelette humain. Les genoux sont les "supports" du corps humain.

Jadis les arts martiaux enseignaient les coups de paume et les coups de pied sous la ceinture. (karaté, jujitsu...). A cause des blessures infligées par les techniques de paume, on décidait de fermer les mains (poings) et l'esthétique pris le pas avec les coups de pied hauts (compétitions).

Face à vous, c'est une ou plusieurs cibles mobiles bien décidées à ne pas se laisser faire. Alors ne rêvez pas, écoutez vos instincts et vos sens, à la limite, mieux vaut connaitre les techniques d'Hussein BOLT dans l'art de courir que de s'essayer à une technique complexe "made in point vital" lue dans un manuel. Travaillez plutôt les "point vitaux" utiles et faciles d'accès.

L'art véritable des points vitaux demande toute une vie d'apprentissage. A l'époque des armes à feu, mieux vaut apprivoiser son mental et ses peurs. Je conseille l'étude des points vitaux pour la guérison ou soigner. Croyez moi, ce sera plus utile en survie et dans la vie de tous les jours. Surtout ne plus rêver au père Noël en cas d'agression physique, car il n'est jamais à vos côtés dans les conflits.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Bonjour,<br /> Merci pour ce bel article :-)<br /> Oui vous avez tout à fait raison concernant l'efficacité décuplée de la frappe de la main ouverte par rapport à la main fermée. C'est un bel exemple de la mystification martiale dont parle Henry Plée (10ème Dan de Karaté) que de faire croire aux communs des mortes que c'est plus efficace de frapper avec le poing fermé. En vérité, il est beaucoup plus facile de toucher efficacement un point vital avec la main ouverte qu'avec le poing fermé (ne serais-ce déjà qu'énergétiquement).<br /> Belle continuation.
Répondre